Coup de projecteur : King of Tokyo

mockup_KOT_NLpresentation

King of Tokyo est un jeu de Richard Garfield, illustré par Benjamin Raynal. Il est sorti en 2011, édité par Iello.

Il est destiné aux 8 ans et + ; pour 2 à 6 joueurs ; pour des parties de 30 à 45 minutes.

thème

Ambiance science-fiction et gros monstres au programme !

Le jeu se passe à Tokyo, où chaque joueur incarne un monstre qui doit devenir le roi de la ville en détruisant ses adversaires. matériel

Un plateau qui représente Tokyo, 8 dés, un paquet de cartes, des plateaux individuels, des figurines de monstres, et des petits cubes « énergie » font de King of Tokyo une boîte bien remplie ! Le matériel est plutôt agréable (les illustrations y sont pour beaucoup) ; malgré cela les figurines en carton s’abîment à la longue, dommage !

KingOfTokyo_Spieaufbaumécanique

King of Tokyo est basé sur le principe du Yam’s : on lance des dés, on peut en mettre certains de côtés et relancer les autres. Au bout de 3 lancés maximum, on regarde les résultats et on applique l’effet des dés.
Les dés permettent :
– de marquer directement des points de victoires,
– de mettre des baffes aux autres monstres (dans le but de les éliminer),
– de regagner des points de vie,
– de gagner des cubes énergies.

A la fin de son tour, on peut acheter une ou plusieurs cartes avec les cubes énergie récupérés.
Les cartes apportent de nouveaux pouvoirs aux monstres qui leurs permettent d’être plus puissants !
Un peu de hasard avec les dés, mais aussi pas mal de stratégie grâce à nos choix de dés et aux cartes qui peuvent tout changer (ajout de pouvoirs permanents ou actions directs) !

interaction

L’interaction est vraiment présente puisque lorsqu’un adversaire joue, il faut être attentif aux baffes qu’il peut nous mettre !
Il est aussi nécessaire de bien regarder les cartes ; si on manque d’attention, on peut laisser une carte qui fera gagner un monstre adverse !
Et bien sur, pour gagner il faut éliminer les autres ! (ou gagner 20 étoiles avant eux). Il faut sans cesse surveiller où en sont les monstres adverses entre leurs points de vie et leurs étoiles.
Petit bémol, à deux joueurs, le jeu manque clairement d’intérêt ; à six il devient carrément chaotique (voir ingérable) ce qui peut en rebuter certains.

publicLe jeu touche un public assez large. C’est un bon « party-game » à partir de 8 ans qui conviendra aussi aux adultes à la recherche d’un jeu fun et pas trop long.

conclusion

King of Tokyo est le jeu parfait pour ceux qui cherchent un jeu original, fun et qui ne traîne pas en longueur.  A la ludothèque, c’est un jeu très apprécié des ados et pré-ados qui aiment incarner des monstres qui détruisent tout sur leur passage. Un jeu assez facile à sortir avec un groupe d’amis à l’apéro ou en dessert. 😉like

+ Un jeu fun et original : on peut se mettre des baffes (pour de faux), et on s’amuse (pour de vrai).

+ Un thème et des illustrations qui participent grandement au plaisir du jeu,

+ Enfin un jeu où les enfants peuvent gagner sans que les adultes se soient laissés faire !

pas like– La version à 2 joueurs est inintéressante au possible.

– Les figurines de monstres s’abîment un peu à la longue.

Publicités

Coup de projecteur : Les bâtisseurs

batisseurs

 

presentation

Les Bâtisseurs – Moyen Age est un jeu de Frédéric Henry, illustré par Sabrina Miramon et édité par Bombyx. C’est un jeu pour 2 à 4 joueurs de plus de 10 ans pour des parties de 30 minutes environ.

 

thème

Comme son nom l’indique, le jeu se passe au Moyen Age, les joueurs vont devoir recruter des ouvriers pour construire des bâtiments et ainsi gagner des points de victoire. 

matériel

Le matériel du jeu Les Bâtisseurs est extrêmement simple, Nous avons une boîte de jeu embossé, représentatif de l’éditeur Bombyx et de sa gamme Métal. Dedans, nous trouvons des cartes et des pièces. Il y a deux types de cartes, les grandes carrées qui représentent les différents bâtiments à construire et les petites, représentant les ouvriers.

batisseurs2

 

Pour être construit, un bâtiment demande plusieurs ressources (sur le côté droit de la carte) et comme ce jeu est bien fait, il y a les mêmes ressources à gauche des cartes ouvriers.

mécanique

Dans Les Bâtisseurs, un tour de jeu est très simple, les joueurs ont 3 actions gratuites à faire et peuvent également acheter des actions supplémentaires.

Ils peuvent par exemple, embaucher un nouvel ouvrier, ouvrir un chantier, envoyer un de leurs ouvriers sur un de leurs chantiers ou passer pour récupérer un peu d’argent.

Tout ça parait tellement simple…

Mais tout le sel du jeu arrive, il va falloir optimiser ses coups et gérer ses ouvriers du mieux possible, car sous ses airs de petit jeu de gestion, Les Bâtisseurs est en fait une course à la construction. Les joueurs devront faire attention dans leurs choix de nouveaux chantiers en fonction des compétences de leurs ouvriers déjà acquis.

Et c’est là que les neurones commencent à chauffer, quel coup est le mieux à faire maintenant ? Prendre un ouvrier ? Terminer un chantier ? Ou en ouvrir un nouveau ??

Jusqu’à ce qu’un joueur annonce qu’il a 17 points de victoire !

interaction

Le seul point faible du jeu, à mon sens, est l’interaction. En effet, il n’y a aucune interaction, chaque joueur joue dans son coin pendant 30 minutes.

Bien sûr, après plusieurs parties, on peut faire attention aux besoins des autres joueurs et le prendre avant eux, mais il faut faire attention car, le temps d’embêter l’autre joueur, nos constructions n’avancent pas et on prend du retard…

public

Les Bâtisseurs est un jeu très accessible, il s’explique en 5 minutes et les parties sont rapides (environ 30 minutes), ce qui permet de refaire une partie après une cuisante défaite !

J’ai également envie de dire que c’est un jeu-passerelle car il permet aux plus jeunes de commencer à mettre un pied dans les jeux de gestion et d’optimisation sans les gaver de règles et de détails. Mais il plaît aussi aux joueurs plus confirmés lorsqu’ils manquent de temps pour sortir un jeu plus lourd …

conclusion

Les Bâtisseurs est un vrai bon jeu qui, je pense, va réussir à se démarquer du lot parmi toutes les nouveautés qui ne cessent de sortir.

C’est un jeu rapide, simple mais pas simpliste qui permettra aux plus jeux de découvrir un type de jeu qu’ils ne connaissent pas forcément.

Pour ma part, ce jeu est déjà dans ma ludothèque personnelle et il y restera un bon moment 😉

like

+ Jeu rapide, simple et fluide. Les parties s’enchainent.

+ Très bon jeu-passerelle qui permet de découvrir la gestion de ressources et l’optimisation dans un jeu.

+ Des illustrations très agréables à l’œil et un agencement des informations sur les cartes très intelligent.

+ Une boîte et un matériel de qualité.

pas like

– Une interaction peu ou pas présente.