Procès verbal de la dernière Assemblée Générale de la Cabane à jeux

Procès-Verbal de l’Assemblée Générale du 10 juillet 2020

de l’association CABANE A JEUX

1. PRESENTS

Pour le Conseil d’administration :
Evan Muller, président
Paul-Antoine Gonzalès, vice-président
Rémi Arbeau, Trésorier
Loïc Méziane, prestataire chargé de la comptabilité

Pour les usagers :

Maïté Salanne, représentant l’association Entraide Scolaire Amicale
Fleur Endelicher, représentant le réseau Loisirs pluriels et son antenne du 13e arrondissement
Etienne Beaudoux
Marine Thisse
Félix Baerhel
Claire Davril
Sophie Ben Friha
Audrey Colinart
Arnaud Taibi
Axel Weil, ancien salarié et bénévole de Cabane à Jeux
Julien Reduron, bénévole de Cabane à Jeux

Partenaire :
Association “Moi et mes enfants” : Karine BILLOTTE et une animatrice de l’association

Pour l’équipe salariée :
Séphora Vroulis
Bertrand Mullon

2. ABSENTS

Pour le Conseil d’administration :
Trysha Nallapane, Secrétaire, excusée
Cantin Claire, membre du Conseil d’Administration, excusée
Le président de l’association tient à remercier toutes les personnes présentes avant d’entamer
un rapide tour de table pour connaître les participants.

3. L’ORDRE DU JOUR

Bilan moral : présentation, questions et vote.
Bilan financier : présentation, questions et vote.
Dissolution : questions et vote

4. BILAN MORAL

Présentation
En préambule, Rémi Arbeau, ancien président et membre fondateur de Cabane à Jeux revient
sur nos 8 années d’existence et la situation actuelle qui a conduit à envisager la dissolution ;
situation factuelle dépendante de multiples facteurs, financiers, choix d’orientations et
problèmes de fonctionnement.

Evan Muller, actuel président prend le relai pour exposer le bilan de l’année 2019.
Pour expliciter les difficultés actuelles, il revient d’abord sur deux points, le fonctionnement et
le versement des subventions qui, versées tardivement, créent des manques ponctuels dans
la trésorerie ; il faut tenir sur nos fonds propres de 4 à 5 mois chaque année, les subventions
n’étant versées qu’en mai.
Il souligne que ce problème récurrent, rapporté à notre principal financeur, la DFPE, a conduit
en 2020 la mairie centrale à nous verser un acompte en février 2019.

Evan Muller reprend ensuite dans le détail les difficultés des 3 dernières années qui ont conduit
à la situation actuelle :

2017, année qui a vu beaucoup de régularisation salariale, une réduction des financements
pour les contrats aidés et une baisse des subventions,

2018 et un déficit d’environ 60 000€, soit l’équivalent de 1/3 des produits de l’association,
consécutif à la fin de la régularisation des salaires et des recettes en baisse.
2018 a aussi été une année difficile au niveau de la gouvernance, avec des passations de
pouvoir et des transmissions d’information parfois compliquées par une inertie lors des
différents changements de bureau cette année-là, et des départs au sein de l’équipe salariée.
Enfin, 2018, c’est aussi l’année où a lieu la préparation de la phase de redressement, qui s’est
notamment traduite par des coupes budgétaires et à de nouvelles recherches de
financements.

2019 :
Faisant suite aux démarches entreprises l’année précédente, c’est d’abord l’année de la mise
en oeuvre de la tentative de redressement des finances de l’association. Principale
conséquence : une réduction de la masse salariale.
L’impact de cette réduction d’effectifs est surtout visible au niveau du volume d’ouverture d’une
part, avec les fermetures du dimanche et de l’espace multimédia, ce sont 296h de moins par
rapport à 2018. D’autres facteurs ont aussi impacté ce volume horaire (gilets jaunes les
samedis et grève SNCF de décembre).
Et d’autre part, cette baisse des accueils a entraîné mécaniquement une baisse de la
fréquentation globale, avec 18 000 personnes en 2019 contre 22 000 en 2018. Cette baisse
est inégale selon les tranches d’âge, surtout visible pour les 10 ans et plus (-50%) qui voient
l’espace multimédia fermé et plus nuancée sur le reste des tranches d’âge.
Consécutivement, on constate aussi une baisse des adhésions (-16%) entraînant une baisse
des recettes.
L’équipe, mobilisée pour atténuer l’impact auprès des usagers a poursuivi ses actions et
partenariats avec des axes déjà développés les années précédentes.

Le bureau a également effectué diverses actions afin de soutenir l’équipe, notamment la
recherche de financement, une réorganisation du fonctionnement global et la recherche de
bénévoles.

Le Soutien à la parentalité avec l’association Moi et mes enfants un samedi par mois.
Les accueils autour Handicap, en créneau privatif et de plus en plus en tout public.
Les actions Hors les murs, ateliers et prestations divers (paris Polar, voeux de Mme la maire).
Une nouveauté aussi, un partenariat avec Emmaüs et ses divers centres, des temps de jeu
animés par Séphora.
Des partenariats avec des éditeurs.

La relance des soirées jeux par Axel Weil et Séphora Vroulis.

A noter, notre prestataire anniversaires “Happy Guily” a voulu mettre fin au partenariat qui
nous liait, entraînant une baisse de recettes.

La location des jeux et de la ludothèque a continué, le volume de prêts a diminué, les locations
du local ont été fortement réduites sans les anniversaires animés par Happy Guily
La vente de jeux reste anecdotique.

Perspectives 2020 :
Les principaux axes retenus étaient :
Développer la recherche de bénévoles pour renforcer le conseil d’administration dans ses
missions
Relancer la recherche de subventions annexes notamment pour l‘investissement. Ça s’est
concrétisé par une rallonge de 10 000€ de la DPFE (reconductible), une subvention
d’investissement liée au projet handicap à hauteur de 3000€ (reconductible).
Réduction des effectifs en CDI, remplacés par des contrats en CDD.
Développer les partenariats extérieurs.
Accélérer la réorganisation de l’association.

Question : De Félix sur le local :
Réponse : Le local appartient à l’association (location de l’espace).
Question : D’Etienne sur les intentions de la mairie et du financement :
Réponse : La DFPE souhait de reprise rapide.
Question : De Claire : Comment s’effectuera la reprise et par qui ?
Réponse : La ludothèque devrait être reprise par une association repreneuse désignée par la
DFPE.
Question d’Audrey : Est-ce que ce sera dans le cadre d’un appel à projet ou est-ce qu’une
association peut se porter volontaire? Quelles sont les échéances ? Pour quelles lourdeurs
administratives ?
Réponse :Les usagers ont l’impression que le bilan 2019 est moins négatif que ce que la
décision de dissolution sous-entend. Ils ont besoin de comprendre ?
La banque n’a pas suivi en 2019 nos demandes et ne suivra probablement pas en 2020. Donc
le bureau ne souhaite pas prendre de risque pour éviter un surendettement et le non-paiement
des salariés.
Question d’Audrey : Avez-vous pensé à demander une subvention exceptionnelle?
Réponse : Oui mais l’obtenir est très difficile.
Question d’Audrey : Quand aura lieu l’appel à projet ?
Réponse : Il faut laisser le temps de clore le dossier de notre association et être conscient
qu’un appel à projet allonge les échéances.
Question d’Etienne : Pourquoi pas une reprise par un centre d’animation ?
Réponse : La mairie souhaite une association.
Question d’Etienne : Est-il possible de mobiliser des partenaires, notamment au niveau de la
dalle ?
Réponse :Pourquoi pas un collectif d’habitants.
Question d’Etienne : Elogie/Siemp peut-il investir ? Interrogation sur cette mobilisation tardive?
Réponse :Le bureau ne souhaitant pas alerter sans certitude sur les pistes envisagées, tout a
été fait du côté de l’association pour trouver une solution tout en mobilisant les adhérents.
Plusieurs appels ont été lancés, relayés mais sont restés sans réponse. Le Conseil
d’administration, sans cette aide s’est retrouvé seul pour assumer la gérance de l’association.
Question de Claire : Elle s’étonne de l’opposition entre logique politique et la logique de
fonctionnement ?
Réponse : La mairie nous a conseillé de développer le bénévolat.
Question de Claire : Quels contacts avec les subventionneurs ?
Réponse : On a contacté un maximum de financeurs par tous les canaux.
Question de Julien : Comment reprendre de façon équilibrée et ne pas replonger ?
Réponse : Soit contrat aidé et à durée déterminée, soit des CDI avec des contrats précaires.
Ce qui aura un impact sur l’aspect qualitatif, en baisse. Ce n’était pas la vision de Cabane à
Jeux.

5. BILAN FINANCIER

Consultable à la ludothèque.
Avant d’entamer le bilan financier, le Trésorier prend le temps d’expliquer les charges aux
adolescents présents pour les aider à comprendre, en insistant sur le fait que la subvention
DFPE (mairie centrale et pas mairie 13e) représente les ¾ du budget de l’association.
Pourquoi on y arrive plus même si nous en avons la volonté ?
Trop de dépenses par rapport aux subventions. Plus de trésorerie propre et l’attente des
subventions qui créée un déficit ; ne reste que la banque pour négocier et elle freine ; donc le
trou augmente chaque année et la banque fait de plus en plus de difficultés.
Pour 2020, il reste trop peu et on ne pourra pas tenir jusqu’en décembre.
On ne veut pas suivre l’exemple de l’association précédente, caravansérail qui a voulu tenir
coûte que coûte en perdant des subventions et n’a plus pu payer ses salariés. D’où la décision
du bureau de tout solder et de couper court à l’association en milieu d’année pour ne pas
laisser de dettes.
Les chiffres :
Déficit de 8% et une dette cumulative qui grossit.
Charges 191938 € (inférieur à 2018 de 24.81%)
Produits 167836 € (inférieur à 2018 de 7.75%)
La baisse des cotisations représente une très faible part.
Baisse des recettes anniversaire, -7000€ ; des cotisations, – 1000€ ; réduction de la subvention
caf, -4000€.
Le bureau insiste sur la grosse charge que représente le personnel, malgré une baisse de
dépenses liée à la baisse des effectifs car le remplacement des départs avec soldes de tout
compte et le congé maternité d’une salariée ont fait grossir la somme.
Question d’Audrey : Quel risque personnel pour le CA?
Réponse : Nous espérons de solder toutes les dettes afin de pouvoir fermer l’association sans
engager la responsabilité du CA.
Question d’Etienne : La dissolution doit être votée en AG ordinaire ou Extraordinaire ?
Réponse : Partant du constat qu’il y a peu d’adhérents présents à chaque AG (d’habitude, 1
ou 2) il est plus facile avec les statuts de faire en AG ordinaire avec les personnes présentes
pour éviter les soucis du quorum.

Question de Claire : Et si la dissolution n’est pas votée ?
Réponse : Si un projet de reprise est proposé, le Conseil d’Administration compte
démissionner. Il faudra trouver des remplaçants pour le mener à bien.
Question d’Audrey : Etes-vous confiants sur une reprise sereine ?
Réponse : Maintenant, nous n’avons pas de visibilité car rien n’est encore acté.
Question d’Etienne : Et après ?
Réponse : Il faut assurer la fermeture et rencontrer la Mairie qui prendra la décision des suites
à donner. Un liquidateur est nommé et règlera tous ces aspects.
Question de Claire : Doit-on décider tout de suite ou attendre une solution éventuelle?
Réponse : L’exposition des bilans nous oriente vers une dissolution immédiate.
Question de Félix : Si le vote a lieu maintenant, il ne laisse pas trop de choix car on ne peut
pas prendre le temps de se retourner ?
Réponse : Nous avions prévenu de nos difficultés, il n’y plus le choix oui car la procédure sera
ralentie par des lourdeurs administratives, des délais et difficultés à obtenir une alternative
rapide qui sera dommageable pour une liquidation sans dettes.
La pétition qu’il a initiée est un investissement pour la suite, pour la réouverture de la
ludothèque par une autre association.

6. VOTES

Vote rapport moral adopté à la majorité.
Vote rapport financier adopté à la majorité.
Suite au rapport moral et financier, il a été acté que la baisse des rentrées financières et la
hausse des charges fixes annuelles entrainaient un déficit budgétaire récurrent. Compte tenu
de cette situation la dissolution est soumise au vote.
Vote fermé avec dépouillement pour la dissolution, scrutateur Paul-Antoine
Nombre de participants 15
Pour 11
Contre 1
Abstention / blanc 3
La dissolution est actée.

Question d’Etienne : Les usagers pourront-ils avoir une information claire et rapide ?
Réponse : Oui, car la dissolution actée, nous pouvons communiquer officiellement.
Question de Claire : Pourquoi pas de communication plutôt ?
Réponse : L’équipe veut garder le cap et reste pudique.
Claire nous remercie pour nos actions.
Question de Séphora : Y aurait-il une ouverture en août ?
Réponse : question discutée plus tard avec le Bureau mais rien ne l’empêche.
Mot du Trésorier

L’association restera une réussite pour le public, l’équipe et le Conseil d’administration ont
toujours voulu faire au mieux.
Election d’un liquidateur et question sur les biens de la ludothèque
Evan Muller fait appel aux bonnes volontés et connaissant l’association se présente.
Proposition adoptée à l’unanimité.
Quant aux biens ils seront transmis à l’association repreneuse, désignée par la DFPE.
Pour la suite
Côté Communication, un courrier officiel sera adressé aux adhérents et partenaires.
Pour solder, il faudra payer les créances, vérifier des comptes, décider de l’usage du fond de
jeux et clore les contrats des salariés.
Etienne cherche des personnes motivées ; Le Président propose un mail global pour cette
initiative.

7. Fin de l’Assemblée Générale à 21H36.

Signature : Evan Muller, Président de CABANE A JEUX

Un été Ludique

Chères adhérentes et chers adhérents,

La ludothèque est ouverte tout le mois d’août du mercredi au samedi de 13h30 à 18h30.

Venez réserver votre créneau d’une heure pour profiter de nos jeux et jouets tant que nous sommes ouvert !

La réservation se fait sur place ou par téléphone, si vous passez et qu’il n’y a personne ou pas grand monde, nous pourrons vous accueillir dans la limite des places disponible 🙂

Nous vous accueillons par groupe de  8 personnes maximum.

Merci aux adultes de venir avec leur masque.

L’équipe

 

 

 

Fermeture de la ludothèque

Bonjour à toutes et à tous,

Suite à notre Assemblée Générale (AG) du 10 juillet 2020, nous vous annonçons que l’association Cabane à jeux sera dissoute en fin d’année.
La ludothèque reste en l’état et pourra être reprise par une autre association après sa fermeture définitive (sous l’égide de Cabane à Jeux) le 31 août 2020.
Les 2 derniers ludothécaires encore en poste vous accueillent tous les après-midis du mercredi au samedi en juillet et en août.

N’hésitez pas à venir nous dire au revoir!
A bientôt dans la ludothèque.

L’équipe